Lyon Confluence

Article paru dans l’Architecture d’Aujourd’hui n°387

Huit ans après le lancement du renouvellement urbain de cet ancien site industriel de 150 hectares, le nouveau quartier Lyon Confluence dévoile sa première phase côté Saône. Un lieu convivial, où l’eau tient une place prépondérante.

adrien_buchet18

Plaque tournante entre l’Helvétie et la Méditerranée, l’ancienne capitale des Gaules était déjà régie par la jonction de deux principaux cours d’eau. Aujourd’hui encore, cette situation exceptionnelle entre Rhône et Saône, offre des perspectives dont les autorités et les urbanistes veulent mieux tirer parti.

adrien_buchet01

A première vue, les avancées liées à la nouvelle extension du cœur de Lyon sont prometteuses. Un ancien site industriel dans un décor de paysage vallonné qui surplombe à l’ouest ce terrain de 150 ha, constitue une opportunité formidable pour Lyon. Ce site, désaffecté aux alentours de 1990, se transforme depuis 2003 par l’intervention de plusieurs programmes de construction. Il attendra quelques années pour devenir aujourd’hui un quartier habité, actif et plein de vie. Diverses équipes travaillent ainsi à la réhabilitation des lieux. Elles s’appliquent à en faire une création exemplaire, durable et respectueuse des futures générations.

adrien_buchet05AAABords de Saône

Cette démarche s’inscrit indéniablement dans un processus qui veut instaurer des liens plus forts entre la ville et l’eau. Ayant déjà entamé au centre ville une campagne rapprochant fleuves et habitants – notamment avec l’aménagement des rives du Rhône par Françoise-Hélène Jourda – le programme novateur de la confluence lyonnaise confirme cette tendance. Renforcé aussi par le futur projet complémentaire des Rives de Saône situé au nord de Lyon Confluence, gageons que cette conjonction des deux opérations améliorera la qualité de vie des Lyonnais tout en offrant davantage d’espaces naturels et animés.

Au fil de l’eau

Ce qui frappe en flânant sur les berges occidentales de cet ensemble en forme de presqu’île – de la place Carnot jusqu’à la jonction – c’est le sentiment d’être au bord d’un lac. En effet, au sud du centre historique de Lyon, l’harmonie entre les rives et les plans d’eau nous offre un tableau peu commun pour une ville qui ne possède pas de côte maritime. Les projets en tiendront compte.

adrien_buchet26

AAAAAAAAAAAAShowroom RBC signé Jakob + MacFarlane

Parmi les objectifs de la première phase (dont l’urbaniste François Grether coordonne la ZAC 1), les aménagements paysagers du Français Michel Desvigne (Prix de l’urbanisme 2011) et des Allemands Latz und Partners proposent désormais, avec la reconversion de l’ancien Port Rambaud, un parcours ludique et attractif le long des rives de Saône. Anciennes grues désaffectées, rails de voies ferrées et autres éléments d’amarrage pour la batellerie ont été soigneusement conservés, rappelant le passé portuaire et guidant le marcheur au fil de l’eau.

adrien_buchet04

AAALa Sucrière

Or, l’affluence au quai Rambaud, grâce à la Sucrière qui accueille depuis 2003 la 11e biennale d’art contemporain, permet d’asseoir la crédibilité du projet urbain auprès du public. Les promeneurs éprouvent du plaisir à arpenter et, à découvrir cet itinéraire atypique qui nourrit les discutions. Toujours face à la rivière et dans le même périmètre, quelques immeubles industriels ont été réaménagés pour accueillir le siège d’entreprises et lieux qui offrent la  possibilité de se restaurer. Plus loin et sans transition, un étrange cube orange fluo se démarque nettement des constructions industrielles précédentes ; œuvre de Jakob & Mac Farlane, cette réalisation surprenante fait partie des symboles de la mutation du quartier.

Vivre avec l’eau

A un jet de pierre au nord, c’est le cœur du site qui appelle les gens à poursuivre leur découverte. L’effet de surprise y est garanti. La nouvelle place nautique, qui comprend trois imposants îlots de bâtiments entourés de jardins publics et aquatiques, caractérise le renouveau d’un territoire jadis inhospitalier.

adrien_buchet07AAASecteur de la place nautique

Un magnifique plan d’eau de 2 ha (appelé darse), qui s’inscrit perpendiculairement à la rivière pour aboutir au centre de la presqu’île, témoigne de l’importante surface réservée aux espaces publics. La vaste place – en devenir – et son bassin central ont pour vocation de connecter le nord et le sud du quartier, entre les trois îlots d’immeubles et le futur pôle de loisirs de Jean-Paul Viguier.

adrien_buchet12

AAAJardin aquatique et coeur du Parc de Saône

De part et d’autre de la darse, le Parc de Saône, dessiné par Michel Desvigne, comporte des logements intermédiaires et sociaux contigus. Ils s’inscrivent dans une situation idyllique partagée entre les trois éléments : minéral, végétal et aquatique.

adrien_buchet09

AAAAAAAAAAAALa place nautique et la darse

Un site aseptisé

En cette fin d’après-midi ensoleillé, le site semble bien léché. Des façades chatoyantes et quelques 900 mètres de quais d’une darse insérée dans un paysage d’automne sont aseptisés comme des images de synthèse. Drôle d’impression quand on sait qu’une dizaine d’années auparavant, le lieu était connu pour son insécurité. Espérons que les problèmes n’auront pas simplement été déplacés et que cette prétendue « exemplarité » séduira, de plus en plus le cœur des lyonnais.

adrien_buchet11

AAAQuai nord de la darse

En 2013, le duo suisse Herzog & de Meuron épaulé par Michel Desvigne pour le paysagisme, entameront la seconde phase d’aménagement du quartier (ZAC 2). Cette zone, située à l’est du Cour Charlemagne, englobe les anciens marchés de gros où la réaffectation de diverses halles et entrepôts est projetée. Se poursuivant jusqu’à la pointe sud de la presqu’île, ce programme intégrera, par ailleurs, un important système de récupération des eaux pluviales.

adrien_buchet22

AAAAAAAAAAAAIlot B

Pour un quartier durable

Quoiqu’il en soit, le projet apporte à Lyon l’image d’une ville en pleine effervescence. Parallèlement, Lyon Confluence fait avancer le débat urbanistique. L’opération, lauréate 2004 du programme européen Concerto-Renaissance, tend à observer des conditions bioclimatiques pour atteindre un moyenne de 50 kWh/m2 à l’année et recourant à 80% d’énergie renouvelable sur le périmètre des îlots ABC.

adrien_buchet15

AAAIlot B

Mais le futur quartier durable (référence WWF) aura encore plus d’une tâche à effectuer pour tenir toutes les promesses du projet, en particulier les enjeux de la mixité, de la fonctionnalité ou encore de la durabilité du quartier au XXIe siècle. Ainsi, à l’est de la confluence, sur les rives du Rhône, le bruit occasionné par des milliers de véhicules, qui empruntent chaque jour l’autoroute A7, pose un sérieux problème qu’il faudra aussi résoudre. Programme tout aussi incertain que fascinant.

AB

adrienbuchet@gmail.com

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :